Les métiers d’art

 

Les métiers d’art dans leur contexte patrimonial


Parce qu’ils participent à une véritable communion avec la nature, les métiers d’art ont une emprise logique sur notre patrimoine commun. La terre, le bois, la pierre, le verre, le métal, le textile, le cuir ou encore le papier, tous ces éléments tirés de notre environnement, forment la substance de nos métiers.

En ce sens, dans nos professions, inséparables de la passion qui nous anime, nous avons conscience d’agir comme les maillons d’une chaîne dont nous ne connaissons ni le premier ni le dernier membre.

L’histoire nous montre que, depuis la plus haute Antiquité, nos devanciers ont su acquérir, avant d’agir, la maîtrise de leur art. Lesgrands chantiers dela Mésopotamie ou de la Haute Egypte, de la Grèce et du monde romain ont laissé suffisamment de traces pour que nous puissions aujourd’hui nous sentir face à eux comme en un domaine familier. Si de telles entreprises, qui, avec le temps qui nous sépare d’elles, nous paraissent volontiers démesurées, ont pu voir le jour et être couronnées de succès, c’est que des artisans se sont ligués pour leur réussite.

Acquérir la connaissance la plus parfaite de leur métier pour le magnifier au service d’une grande cause, elle-même matérialisée dans un grand monument, voilà l’œuvre de la vie de ces premiers artisans d’art dont nous sommes les lointains mais heureux héritiers.

Entre eux et nous, des générations se sont succédé, qui ont bâti et orné les cathédrales, ciselé les plus précieux objets, offert au genre humain les plus belles et les plus fines créations. Ayant leurs mains comme premier outil, comme nos mains restent le nôtre aujourd’hui et comme les mains de nos successeurs le resteront toujours, les artisans d’art ont donné forme et vie à la Beauté, qu’ils servent chaque jour dans tous leurs métiers.

En cela, ils ont permis que les siècles passés livrent à la postérité le meilleur d’eux-mêmes : le génie bâtisseuret artistique devant lequel, bien des lustres plus tard, la fascination du public demeure intacte. Les métiers d’art ne font pas que traverserle temps :ils sont des « porteurs » de patrimoine. Leur tradition défie le vieillissement. Quelque part, dans le secret de l’expérience de leurs artisans, ils ont donc à faire avec l’éternité.


L’importance des métiers d’art pour préserver une tradition aux contours très contemporains


Un Salon comme celui que nous organisons à Tournus a donc toute justification. Car si les métiers d’art ont su traverser le temps, c’est qu’il s’est constamment trouvé des artisans pour en faire vivre les traditions.

Ce Salon, ce sera donc également la capitale de la transmission des savoirs. Rien de ce que nous savons, nous ne l’avons inventé sans nous référer à nos devanciers. Rien de ce que sauront nos successeurs ne vivra demain sans que nous leur ayons à notre tour transmis.

Parce que, d’une part, il existe un patrimoine ancien à restaurer sans cesse pour l’aider à bien vieillir, et que, d’autre part, le goût du public ne tarit pas devant le Beau et le Vrai, les métiers d’art acquièrent chaque nouveau jour une fonction des plus contemporaines. Oui, nous perpétuons une tradition et nous en

Pour cela, nous nous tournons vers le grand public. Les actions qui ont été menées par le passé pour valoriser nos métiers ont fait partager au plus grand nombre cette certitude que nos savoir- faire sont, au sens premier, extra- ordinaires. C’est d’autant plus vrai que nous nous évertuons à toujours renouveler nos œuvres, témoignant ainsi de la richesse de nos activités.

A Tournus, nous invitons le public à partager cette valeur en venant à notre rencontre dans plusieurs lieux-phares de la ville pour que chacun, en flânant dans la ville, retrouve le sens du Temps et de la Beauté. Et que, voyant le créateur devant son œuvre, il puisse chercher à découvrir le secret qui réside dans chacune de nos productions.

Bref, le Salon de Tournus, ce sera aussi une invitation au mystère...